PAMmiracle952 – Odette et Claudine Hapax : Donne tes lunettes pour voir

On n’avait plus entendu parler des soeurs Hapax depuis leur dernier opus acclamé aussi bien par la presse grand public que par le grand public pressé, les groupes bibliques lassés, les laïcs oppressés du gland, les obliques presque lents, les entrelacs de blancs-becs racistes, les ramassis de pauvres flans, les fougasses rassies chic et choc, les curés flanqués de tristes crics, les flics à cran qui dealent du shit, les ermites secs en slips blancs, les Loïc, les Laurent et les stressés, les Juifs pleins de prurit qui se donnent la fessée, trop occupés à liquéfier des textes runiques pour voir passer les grosses pétasses qui, amassées sous leurs WCs, lèchent la chiasse trop longtemps amassée en poussant des rugissements de possédées pour qu’on les rassasie enfin.
Fortes de ce premier succès commercial, les soeurs Hapax ont, sur les conseils de leur producteur, pris une saine distance d’avec le rap game et les plateaux télé, emportant avec elles des oranges du Maroc ainsi qu’assez de fil et d’aiguilles pour tenir au moins deux mois sans perdre de boutons. Ainsi équipées, elles s’en sont allées dans un vallon reculé du Sud-Tyrol avec pour seule compagnie une tenancière de bordel, un atelier de crèmerie et du courant alternatif. Revitaminées par cette expérience de la solitude et des choses fraîches qui sortent de la terre, elles reviennent aujourd’hui avec de nouvelles forces et une énergie créatrice sans précédent pour nous régaler à la fois les oreilles et les coeurs de leurs imbitables mélopées.
C’est un deuxième opus tout en douceur, «comme des cotons-tiges sans les tiges» pour reprendre les mots de Serge Fufofski (Télérama n°28, 06/03/2015), une ode délicate aux éléments, aux lapins (les bruns avec la houpette blanche, les noirs avec les organes bien répartis dans le corps) et à la vie de manière générale avec tout ce qu’elle comporte de beau, d’aléatoire et de séminal.
Encore un sacré coup de maître doublé d’un foutu tour de génie pour les soeurs Hapax, uniques et duelles à la fois, comme un miroir et son propre reflet – qui est Odette, qui est Claudine ? On ne saurait plus le dire, tant elles se fondent et se confondent, s’entrelacent, se prélassent, nous lassent et nous relaxent en nous massant la face intérieure des fesses – métaphoriquement, s’entend.
Les soeurs Hapax, votre aller simple pour le Tyrol.

 

Télécharger l’EP d’Odette et Claudine (offre non cumulable sans obligation d’achat)

 

A1 – La Tite Houpette Du Lapin

A2 – Oh Putain

B1 – Laver Le Corps





11 avril 2015

Étiquettes :