BOURDON – Clitorispam27/52

A1

 

A2

 

B1

 

Personne à Vendôme ne sait dire aujourd’hui quel est exactement le jour où le bourdon, cloche majeure de la Trinité, a cessé de sonner. Depuis les années quatre-vingt-dix, la cloche qui mesure plus d’1,60 m de haut, fait plus de 2 m de diamètre et pèse près de 5 tonnes, est muette. Son marteau s’est arraché et elle a donc cessé de sonner depuis plus de vingt ans.

Le dossier de réhabilitation du clocher était en cours, sans date précise. « On a fait faire une expertise qui nous a donné une solution technique et donc une estimation financière », explique Christian Loiseau, adjoint et Thierry Fourmont, conseiller délégué, tous deux en charge du patrimoine.
L’entreprise d’expertise campanaire a, en effet, conclu qu’une réparation de cette cloche était possible sans devoir la déplacer. « S’il avait fallu la redescendre, le montant financier aurait été considérable », savent les élus.
Le projet prévoit donc, en laissant la cloche en place, de réparer son bélier, pièce qui tenait le marteau et d’y fixer le marteau en rendant cette fois ce dernier mobile : ce n’est plus la cloche qui bougera pour sonner, mais le marteau qui viendra frapper la cloche. « Elle va également être tournée d’un quart de tour pour retrouver sa juste sonorité, le marteau a laissé ses marques au fil du temps. » Le projet est estimé entre 80.000 € et 90.000 €. D’où le lancement d’un partenariat avec la Société archéologique du Vendômois afin que cette dernière mène une campagne de dons. « C’est la politique de mécénat que nous essayons de mettre en place partout », résument les élus. Une offre qu’a immédiatement acceptée la Société archéologique. « La préservation du patrimoine fait partie du rôle de notre association, explique son président Bernard Diry. Depuis sa fondation en 1862, elle a ainsi participé à la fondation des collections du musée et c’est tout à fait dans nos cordes d’agir pour la préservation de cette cloche classée. »





7 août 2015

Étiquettes :